13 décembre 2012

Préparation de la table de Noël

Il y a quelques jours, j’ai pris quelques photos de mes préparatifs pour la table de Noël.
Je n’ai donc pas shooté une table entièrement mise – et puis, de toute façon, j’avais peur que par manque de lumière on ne distingue pas grand chose. Mais ce n’est pas plus mal finalement : ce sont juste quelques idées simples que je voulais éprouver avant le jour J ; ça laisse l’imagination travailler encore…

gypsophiles2000

vases_laine2000

neige2000

Catégorie(s) : DIY et geekeries 
2 commentaires

15 mars 2012

Déménager son blog vers WordPress (suite et fin)

Suite de l’article d’hier… Alors ça y est : j’ai récupéré mon blog Canalblog avec tout ce qu’il faut dedans et tout s’affiche grâce à WordPress avec la présentation du template (thème) par défaut.

Créer son propre template

Au départ, je n’étais pas du tout partie pour créer mon propre template, mais plutôt, comme beaucoup, pour en télécharger un qui me plaisait et l’adapter à mon goût. C’est ce que j’ai fait dans un premier temps, mais voilà : certaines choses m’étaient complètement inutiles et d’autres, au contraire, manquaient. S’approprier un code que l’on n’a pas écrit demande aussi beaucoup de temps, car il faut entrer dans la logique d’un autre. C’est ce qui a été le déclic. Jusqu’alors, je programmais complètement en dilettante, pour m’amuser et garder un (tout petit) pied dans l’informatique après l’abandon de mes études scientifiques. Là, ça a été le défi et il a fallu me mettre un peu à jour…

Je ne développerai pas ici la manière de faire un template sur-mesure. J’ai déjà abordé un peu les différents fichiers qui le composent un peu hier, mais pour récapituler :
– les fichiers .php (et éventuellement .html ou .htm) qui contiennent la structure du blog. Le PHP est ce qui permet de dialoguer avec la base de données et donc de récupérer : le titre, la date, le contenu et les commentaires de chaque post. C’est le langage qui permet de manipuler toutes ces informations et il se mêle au html.
– la ou les feuille(s) de style avec l’extension .css qui regroupent tous les styles appelés dans les fichiers ci-dessus.
– sûrement un ou plusieurs fichiers javascript — notamment pour gérer un formaulaire de contact par exemple.

Vous trouverez deux tutoriels très intéressants à ces deux adresses :
sur le blog de Fran6art
sur le blog de Félix Girault

Sinon pour apprendre les bases du html et de la css, je ne peux que recommander d’aller sur la w3 school, le site d’apprentissage du w3c (ceux qui travaillent à la stardardisation des langages du web).

La question des polices

Pour changer du Georgia, Verdana et autres Arial, Times etc., je voulais utiliser des polices plus originales et qui fonctionnent sur tous les navigateurs, bien sûr. La solution la plus simple est d’aller en chercher une sur Google Web Font. Il suffit de faire son choix parmi toutes les polices proposées, de cliquer sur « Quick use » et de suivre les indications. Ça prend deux minutes (pas forcément de faire son choix, mais de l’insérer^^) et ça marche très bien.

Le mot de la fin

Je parlais hier des étapes les plus longues de la mise en place du blog : en fait, l’étape la plus longue est le design. Trouver l’univers qui nous convient, décider des éléments à mettre en place pour l’exprimer : ce sont vraiment les étapes les plus délicates. Si j’avais un conseil à donner, je dirais qu’il faut s’inspirer et regarder, beaucoup se balader sur Internet, de blog en blog, et noter ce qui nous plaît, toutes les idées intéressantes. Il faut regarder les codes source des sites, voir comment ils sont faits ; dessiner, faire des schémas ; mettre de côté quelques couleurs qui nous plaisent…

Voilà, j’espère que tout cela vous aidera. Si vous avez des questions, je pourrai répondre sans souci.

À bientôt !

– Suite à un piratage informatique, tous les commentaires de cet article ont été perdus. –

Rendez-vous sur Hellocoton !

Catégorie(s) : DIY et geekeries 
8 commentaires

14 mars 2012

Déménager son blog vers WordPress : retour d’expérience

Au mois de janvier, j’ai décidé d’abandonner définitivement Canalblog, d’acheter mon propre nom de domaine et de me faire un blog sur-mesure grâce, notamment, à WordPress. Autant certaines étapes ont été très simples et très rapides, autant certaines autres ont demandé beaucoup plus de travail et de réflexion.

J’avais en effet décidé de quitter Canalblog car j’avais déjà quasi tout changé du code initial. Cependant, avec la liberté acquise vient le fait de se retrouver un peu livré à soi-même aussi.

Voici quelques petits trucs qui m’ont aidé et qui pourront peut-être être utiles à d’autres.

Acheter son nom de domaine

La première étape est d’acheter son nom de domaine et de se trouver un hébergeur. Les deux étapes ne sont pas forcément liées ; mais moi, j’ai décidé de tout faire en même temps. J’ai choisi Hostpapa comme hébergeur, car les critiques lues ici et là sur Internet semblaient positives. Je me suis donc lancée.

Pour le choix du nom de domaine, mieux vaut reprendre dans l’adresse le nom du blog. Mieux vaut également éviter les tirets et underscore intempestifs qui risquent de perturber le lecteur. L’idéal est que ce dernier puisse trouver le blog en tapant simplement le nom du blog avec un « .fr » ou un « .com » (ou les deux) derrière. C’est bien meilleur pour la visibilité.

Une fois votre hébergeur choisi et toutes les étapes franchies, j’ai eu accès à un compte cPanel. C’est après qu’il a fallu installer WordPress.

Installation de WordPress

C’est l’étape la plus importante, en somme. Dans le cPanel, il y a normalement un ou plusieurs assistants d’installation : Fantastico ou Softaculous, par exemple. Ils installent WordPress quasi automatiquement.
Mais pour moi, la première fois, il y a eu quelques soucis et j’ai tout installé manuellement 🙁

Pour cela, j’ai téléchargé la dernière version de WordPress en français, je l’ai dézippée et je l’ai installée dans mon gestionnaire de fichier du cPanel. Ensuite, je suis allée dans « MySQL Database Wizard », présent dans le cPanel, pour créer ma base de données. C’est dans cette base que WordPress stocke automatiquement tous les articles, tous les commentaires, les thèmes… Là, il faut suivre les étapes, choisir un nom pour la base de données et un nom d’utilisateur.
Puis — très important ! — il faut indiquer à WordPress où se trouve la base de données. Pour cela, il faut ouvrir le fichier « wp-config-sample.php » qui se trouve dans le dossier WordPress dans un éditeur de texte, trouver les lignes suivantes et mettre les informations liées à la base de données :
define(‘DB_NAME’, ‘le-nom-de-la-base-de-donnee’);
define(‘DB_USER’, ‘nom-utilisateur’);
define(‘DB_PASSWORD’, ‘mot-de-passe’);
define(‘DB_HOST’, ‘localhost’); (à cet endroit, mettre « localhost »)
…et renommer ce fichier « wp-config.php ».

Aller à l’adresse : « http://le-nom-du-blog.com/wp-login.php » et suivre les étapes pour parfaire l’installation de wordpress. C’est via cette adresse que l’on accède au compte administrateur qui permet ensuite d’écrire les articles, de gérer les commentaires etc…

Voilà, normalement, à ce stade, on a accès au compte administrateur. Il n’y a encore aucun article sur le blog et la présentation est celle installée par défaut.

Récupérer les articles et les commentaires de son blog Canalblog

Pour récupérer les articles et les commentaires de son blog Canalblog, facile ! Il suffit d’installer « Canalblog Importer » et de suivre toutes étapes. En quelques minutes tout se retrouve sur le nouveau blog.

Maintenant, passons à l’espect visuel…

Installer un template

Le template, c’est le thème, c’est-à-dire la façon dont le blog va se présenter visuellement. Il y en a au moins un d’installé automatiquement sur WordPress. Il est possible d’en télécharger bien d’autres, disponibles gratuitement ou pas, sur Internet. Attention toutefois à ne pas les télécharger n’importe où. Je pense qu’il peut aussi être intéressant de payer quelques euros (ou dollars) pour un joli design.

Pour installer un nouveau template, c’est très simple. Il suffit de télécharger le template et le laisser en .zip. Puis dans le tableau de bord de WordPress, dans « Apparence », « thème », « installer des thèmes » puis « envoyer » on charge le template téléchargé et c’est fait. Il suffit de cliquer sur « activer » pour qu’il prenne effet.

Il est ensuite possible de modifier plus ou moins facilement ce template : polices, couleurs… Il vaut mieux pour cela avoir quelques notions de html et de CSS, qui peuvent cependant s’acquérir assez facilement. Tous les fichiers de présentation sont accéssibles dans « Apparence et « Éditeur ». Là, il y a tous les fichiers du blog : les fichiers .html (ou .php …) sont les fichiers qui contiennent la structure de chaque page (parfois de chaque élément) du blog. Par exemple, un fichier sidebar.php contient les éléments structurels d’une colonne du blog. Les éléments de style — qui concernent la présentation du blog, donc — sont dans le fichier (ou les fichiers) comportant une extension .css. C’est ce que l’on appelle la (les) feuille(s) de style. C’est là que le navigateur va chercher les styles appelés dans les autres fichiers. C’est donc dans ces feuilles de style que les éléments de présentation (bordures, polices, couleurs…) peuvent être modifiés.

Pfiou, et là, il est super tard donc je continue demain, d’accord ?

A demain !

– Suite à un piratage informatique, tous les commentaires de cet article ont été perdus. –

Rendez-vous sur Hellocoton !

Catégorie(s) : DIY et geekeries 
5 commentaires

9 décembre 2011

Un mug cosy qui a bien de la chance

Recette un peu spéciale cette fois-ci, car ça faisait un moment que je voulais essayer de tricoter une… couverture (? que dire d’autre?) pour mug. Je les avais vues fleurir sur Etsy et avais monté dans la foulée une trentaine de mailles… que j’ai laissées aussi sec sur les aiguilles telles quelles. Mais cette année, je m’y suis remise : je voulais savoir ce que ça faisait « en vrai » et si c’était vraiment pratique.

Verdict : c’est hyper mignon. Clairement, c’est original et ça fait un complément de cadeau sympa si on est à court d’idées. Par contre, il vaut mieux éviter de faire comme moi et choisir une couleur un peu plus gaie que le gris (à chaque fois, je pars avec de bonnes résolutions et à chaque fois, je finis avec du noir, du gris ou du bleu marine… comprends pas). Pour le côté pratique, il faut quand même faire attention à ne pas placer la « couverture » trop haute car sinon, c’est sûr, on risque de manger de la laine… Bon et puis l’avantage, c’est que ça se tricote en 1/2h environ, ce qui n’est pas négligeable.

Pour mon modèle, j’ai pris garde à faire quatre jours pour passer une petite lanière en point de chaînette (donc au crochet). Cette lanière permet au tout de tenir sur le mug. Sinon, j’ai monté 44 mailles et utilisé la laine Partner 6 (coloris aviateur) de Phildar (mais toute laine équivalente convient) avec des aiguilles n° 5, ce qui donne une pièce rectangulaire de 25cm x 7,5cm  Avec ces dimensions, ça allait sur tous mes mugs.

Sinon, je me suis amusée à faire une torsade fantaisie avec une tresse. Mais il est bien sûr possible de faire quelque chose de plus simple, et qui fera aussi beaucoup d’effet.

Voici ce que j’ai fait :

Matériel :
Aiguilles n°5
laine adaptée (1 pelote)
1 crochet n°4,5
1 aiguille à torsade

m. lis. : maille lisière
m. end. : mail endroit
m.env. : maille envers

4 m. croisées sur la droite : placer deux mailles en attente sur l’aiguille à torsade placée sur l’arrière du tricot. Tricoter les deux mailles suivantes à l’endroit, remettre les mailles en attente sur l’aiguille gauche et les tricoter à l’endroit.
4 m. croisées sur la gauche : placer deux mailles en attente sur l’aiguille à torsade placée sur le devant du tricot. Tricoter les deux mailles suivantes à l’endroit, remettre les mailles en attente sur l’aiguille gauche et les tricoter à l’endroit.

Monter 44 mailles

Rg 1 :  1 m. lis., 1 jeté, 1 surjet simple, 3 m. end., 2 m. env., 3 m. end, 2 m. env., 5 m. end., 1 m. env., 6 m. end., 1 m. env.,  3 m. end., 1 jeté, 1 surjet simple, 1 m. lis.

Rg 2 : 1 m. lis., 5 m. env.,  2 m. end., 3 m. env., 2 m. end.,  5 m. env.  1 m. end., 6 m. env., 1 m. end.,  5 m. env.,  2 m. end., 3 m. env., 2 m. end.,  5 m. env, 1 m. lis.

Rg 3 :  1 m. lis., 5 m. end., 2 m. env., 1 m. glissée end., 2 m. end., 1 jeté, rabattre la maille glissée sur les deux m. end. et sur le jeté, 2 m. env., 5 m. end., 1 m. env., 4 m. croisées vers la droite, 2 m. end., 1 m. env., 5 m. end, 2 m. env., 1 m. glissée end., 2 m. end., 1 jeté, rabattre la maille glissée sur les 2 m. end. et sur le jeté, 2 m. env., 5 m. end., 1 m. lis.

Rg 4 :  1 m. lis., 5 m . env., 2 m. end., 3 m. env., 2 m. end., 5 m. env., 1 m. end., 6 m. env., 1 m. end., 5 m. env., 2 m. end., 3 m. env., 2 m. end., 5 m. env., 1 m. lis

Rg 5 : 1 m. lis., 5 m. end, 2 m. env., 3 m. end., 2 m. env., 5 m. end., 1 m. env., 2 m. end., 4 m. croisées sur la gauche, 1 m. env., 5 m. end., 2 m. env., 3 m. end., 2 m. env., 5 m. end., 1 m. lis.

Rg 6 : 1 m. lis., 5 m. env., 2 m. end., 3 m. env., 2 m. end., 5 m. env., 1 m. end., 6 m. env., 1 m. end., 5 m. env., 2 m. end., 3 m. env., 2 m. end., 5 m. env., 1 m. lis.

Rg 7 : 1 m. lis., 5 m. end., 2 m. env., 1 m. glissée end., 2 m. end., 1 jeté, rabattre la maille glissée sur les deux m. end. et sur le jeté, 2 m. env., 5 m. end., 1 m. env., 6 m. end., 1 m. env., 5 m. end., 2 m. env., 1 m. glissée end., 2 m. end., 1 jeté, rabattre la maille glissée sur les deux m. end. et sur le jeté, 2 m. env., 5 m. end., 1 m. lis.

Rg 8 : 1 m. lis., 5 m. env., 2 m. end., 3 m. env., 2 m. end., 5 m. env., 1 m. end., 6 m. env., 1 m. end., 5 m. env., 2 m. end., 3 m. env., 2 m. end., 5 m. env., 1 m. lis.

Rg 9 : 1 m. lis., 5 m. end., 2 m. env., 3 m. end, 2 m. env., 5 m. end., 1 m. env., 4 m. croisées vers la droite, 2 m. end., 1 m. env., 5 m. end., 2 m. env., 3 m. end, 2 m. env., 5 m. end., 1 m. lis.

Rg 10 : 1 m. lis., 5 m. env., 2 m. end., 3 m. env., 2 m. end., 5 m. env., 1 m. end., 6 m. env., 1 m. end., 5 m. env., 2 m. end., 3 m. env., 2 m. end., 5 m. env., 1 m. lis.

Rg 11 : 1 m. lis., 5 m. end., 2 m. env., 1 m. glissée end., 2 m. end., 1 jeté, rabattre la maille glissée sur les deux m. end. et sur le jeté, 2 m. env., 5 m. end., 1 m. env., 2 m. end., 4 m. croisées sur la gauche, 1 m. env., 5 m. end, 2 m. env., 1 m. glissée end., 2 m. end., 1 jeté, rabattre la maille glissée sur les deux m. end. et sur le jeté, 2 m. env., 5 m. end., 1 m. lis

Rg 12 : 1 m. lis., 5 m. env., 2 m. end., 3 m. env., 2 m. end., 5 m. env., 1 m. end., 6 m. env., 1 m. end., 5 m. env., 2 m. end., 3 m. env., 2 m. end., 5 m. env., 1 m. lis.

Reprendre ces douze rangs en boucle jusqu’à ce que la hauteur voulue soit atteinte (j’en ai fait 19). Au moment du dernier rang endroit (numéro 17 pour moi), faire les jours :
au début : 1 m. lis., 1 jeté, 1 surjet simple, 3 m. end. etc…
à 6 mailles de la fin du rang : 3 m. end., 1 jeté, 1 surjet simple, 1 m. lis.
et faire le dernier rang envers comme indiqué.
Rabattre les mailles. Masquer les fils.

Pour la chaînette : faire une petite chaîne avec le crochet et un reste de laine.

***

Et sinon, si vous voulez apprendre à tricoter, allez voir le blog Knit Spirit. Il y a tout ce qu’il vous faut…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Catégorie(s) : DIY et geekeries 
7 commentaires

Tous les textes et les photos présents sur ce blog m'appartiennent, sauf mention contraire. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.
Copyright © 2008-2016 Delphine Anquetil. All rights reserved. | Design & thème par Delphine Anquetil.