18 août 2014

La meilleure recette de pains à burgers

pains à burger

Et oui, rien que ça !

Que je vous explique un peu… Je vis avec un grand amateur un passionné de burgers. On a goûté un très grand nombre de burgers, que ce soit dans les chaînes de fast-food ou dans les restos de Paris. Dès qu’il y a une nouveauté, on goûte (j’exagère un peu, mais c’est presque ça). Régulièrement, on en fait aussi à la maison, avec de la bonne viande hachée du boucher, du vrai fromage…

Et puis dernièrement, on s’est dit que c’était tout de même dommage d’avoir tous ces bons produits avec des pains à burger vraiment un niveau en-dessous.

Vous vous doutez bien de la suite : faisons-les nous-mêmes !

Seulement voilà, le premier essai fut un véritable échec : pâte impossible à malaxer, j’ai été obligée de rajouter du lait, pousse compliquée… Les pains étaient bons mais la mie trop sèche et elle ne se tenait pas bien.

Et puis nous sommes tombés sur cette recette : rien à dire, elle est par-fai-te. J’ai fait exactement tout ce qui était expliqué et les buns était tout simplement magnifiques. Goût, texture, conservation (deux jours après, pas de souci !

Et voilà ce que ça donne « en situation »: (pas de prise de tête sur les photos, elles sont prises à l’arrache !)

hamburger

Ici, c’est notre recette basique : une couche de sauce à hamburger, le steak, 2 tranches d’emmental, 3 feuilles de laitue, 2 rondelles de tomates, 2 rondelles d’oignon, quelques rondelles d’un gros cornichon et sauce tomate.

Bonne semaine ! Nous, ça y est, on quitte Paris !

Catégorie(s) : Recettes | Tags :
4 commentaires

19 mai 2013

Aile de raie, sauce au beurre et aux câpres

Anquetil_raie-1000

(article écrit en partenariat avec Toupargel)

Quand Edith de Cuisine AZ m’a contactée pour participer à leur partenariat avec Toupargel, j’ai presque tout de suite accepté, curieuse de cuisiner avec des produits que je ne connaissais pas du tout. (et puis j’aime les défis)
Je devais donc choisir quelques produits proposés par Toupargel, tester la livraison et… la qualité des produits, bien sûr !

Le thème était « classiques revisités ». Quand j’ai vu la liste des ingrédients proposés, j’ai tout de suite opté pour les ailes de raie car j’avais en tête le repas du dimanche que ma mère cuisinait : l’aile de raie, sauce au beurre et aux câpres. J’ai choisi également une purée de pommes de terre nature pour l’accompagner. Étape 1 : check ! J’ai pris rendez-vous pour la livraison, une heure de passage m’est communiquée. OK.

Pour la livraison, rien à dire. Le livreur devait arriver entre midi et 14h : il est arrivé à 12h05, avec le sourire. Niveau ponctualité, on peut rarement faire mieux quand même.

Anquetil_livreur-1000

Anquetil_produits-1000

Les produits étaient parfaitement froids, rien à dire (ils devaient juste sortir du camion frigorifique). Et j’ai eu un petit livre de recette en plus. Sympa.
Étape 2 : check !

Il ne restait plus qu’à cuisiner. Pour le côté « revisité », je n’ai pas révolutionné la recette : juste approfondi les préparations et travaillé sur la présentation. Ce qui est déjà pas mal, car ils faut s’accrocher : il y a pas mal d’étapes ! Mais elles ne sont pas difficiles et elles s’enchaînent très bien.

Toutes les recettes sont regroupées sur un mini-site avec un défi entre blogs : vous pouvez voter pour la mienne en cliquant ici ! Merci d’avance !

Allez, c’est parti pour la recette…

aile_raie2-1000

Aile de raie, sauce au beurre et aux câpres

Ingrédients pour 4 personnes

Pour les ailes de raie :

– 4 ailes de raie sans cartilage Toupargel
– 1 bouquet garni
– 1 carotte
– 1 oignon
– -2 litres d’eau
– 1/2 litre de vin blanc
– sel, poivre, noix de muscade

Pour les pommes de terre et la purée :

– 1 paquet de purée de pommes de terre nature Toupargel
– 400ml de lait
– 1 noix de beurre
– 4 pommes de terre à chair tendre
– quelques branches de thym et romarin (optionnel)
– sel, poivre, noix de muscade

Pour le beurre blanc aux câpres  :

– 10cl de vin blanc
– 2 échalotes
– 5 cuillères à soupe d’eau
– 1 cuillère à soupe de vinaigre de Xérès
– 200g de beurre bien froid coupé en dés (le replacer au frais)
– 2 cuillères à soupe de câpres

Pour les câpres en poudre :

– 2 cuillères à soupe de câpres

Matériel (optionnel) :

– Cercle

Préparation de la poudre de câpres

– Préchauffer le four à 200°.

– Écraser grossièrement les câpres sur une feuille de papier sulfurisé en les étalant bien.

– Enfourner pendant environ un quart d’heure en surveillant attentivement et régulièrement, jusqu’à ce que la préparation soit sèche.

– Émietter jusqu’à former une poudre et réserver.

Anquetil_bouillon-ebullition-1000

Cuisson des ailes de raie

On commence cette préparation pendant la cuisson de la poudre de câpres.

– Éplucher et couper en rondelles l’oignon et la carotte.

– Dans une grande marmite, verser l’eau, le vin, ajouter l’oignon, la carotte, un peu de gros sel et le bouquet garni.

– Porter à ébullition, puis laisser mijoter au moins 20 minutes.

– Plonger les ailes de raie dans le bouillon. Ajouter du poivre et une belle pincée de noix de muscade.

– Laisser cuire doucement sans bouillon pendant 13 minutes.

pommes_de_terre-1000

Préparation des pommes de terre et de la purée

Pendant la cuisson du court-bouillon

– Préparer la purée Toupargel avec les 400ml de lait et le beurre. Bien assaisonner en sel, poivre et noix de muscade.

– Couper finement les pommes de terre. Les rincer, les sécher et les faire cuire à la vapeur avec le thym et le romarin (quelques minutes peuvent suffire).

– Garder au chaud.

Anquetil_beurre-blanc-emulsion-1000

Préparation du beurre blanc aux câpres

Pendant la cuisson du court-bouillon et la cuisson de la raie.

– Hâcher finement les échalotes.

– Dans une casserole, verser le vin, le vinaigre, l’eau et ajouter les échalotes.

– Porter à ébullition et faire réduire presque à sec (Attention, il faut s’arrêter juste avant !)

– Ajouter la moitié du beurre et émulsionner au fouet.

– Ajouter ensuite la seconde moitié du beurre et continuer à fouetter.

– Porter de nouveau à ébullition. À ce stade, la préparation a vraiment la texture d’une sauce.

– Passer le mélange au chinois en tassant bien les échalotes.

– Remettre sur feu doux et ajouter les câpres. Assaisonner éventuellement si cela manque de sel.

– Réserver.

Montage

– au centre d’une assiette ronde, placer un cercle.

– Déposer 3 cuillères à soupe de purée puis disposer joliment quelques rondelles de pommes de terre.

– Retirer le cercle délicatement et déposer précautionneusement une aile de raie sur le dessus.

– À l’aide d’une cuillère à soupe, disposer la sauce autour de la raie.

– Assaisonner la raie avec de la fleur de sel, du poivre et de la poudre de câpres.

– Servir aussitôt.

Le résultat a été très convaincant. Impossible de deviner que se cachaient deux produits surgelés. Leur aspect et leur goût : tout était conforme à ce que l’on pouvait en attendre. Ça m’a plu et j’ai plutôt hâte de voir ce que je vais pouvoir faire avec une recette sucrée ! Étape 3 : check !

Et n’oubliez pas de voter 🙂 (ici)

Bonne semaine !

Catégorie(s) : Recettes | Tags :  • 
5 commentaires

5 mars 2013

Velouté de panais – espuma de chorizo

veloute_panais2-1000

Cet hiver, pour la première fois, j’ai eu à composer chaque semaine avec un panier bio. Je suis absolument râvie car ça me donne l’occasion de cuisiner des légumes que je n’ose souvent pas acheter et, moi qui n’est guère le temps d’aller faire mes courses au marché le samedi, je peux avoir quand même des légumes qui ont du goût. La grande star de mon hiver, ça a été le panais.

veloute_panais3b-1000

J’ai voulu trouver une recette originale pour le cuisiner et je suis tombée sur celle du site 750g : le velouté de panais avec une mousse de chorizo. Le problème, c’est que j’ai eu beau la regarder plusieurs fois (pour être sûre, on ne sait jamais), je n’y ai trouvé aucune indication de quantité pour les ingrédients… (PS : Si vous les trouvez, faites moi-signe)

Bref, j’ai gardé l’idée et je l’ai réalisée à ma sauce : un essai, puis deux, puis trois — en particulier pour l’espuma de chorizo (ne faites pas comme moi : n’achetez pas de chorizo extra-fort au piment, c’est une mauvaise idée) — et voilà une recette qui nous a fait une bonne partie de l’hiver et dont on ne se lasse pas.

veloute_panais5-1000

Velouté de panais — espuma de chorizo

Pour 4 personnes :

– 5 ou 6 panais selon leur taille
– 1 oignon
– 1 échalotte
– 1litre de bouillon de légumes
– 15cl+15cl de crème liquide entière
– 35g de chorizo doux ou moyen
– 15cl de lait de soja
– 1 c. à soupe d’huile d’olive
– paprika
– noix de muscade
– sel, poivre

Matériel particulier :

– un siphon

Pour le velouté de panais :

– Préparer le bouillon de légumes.

– Éplucher et détailler les panais en rondelles pas trop épaisses.

– Dans une grande casserole, faire revenir l’oignon émincé. Ajouter les panais et laisser cuire à feu vif quelques instants mais sans coloration, en mêlant bien l’oignon et les panais.

– Ajouter le bouillon de légumes à hauteur (réserver ce qu’il reste pour délayer le velouté en fin de préparation si besoin).

– Faire cuire 10 à 15 minutes à feu doux et à couvert, jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

– Mixer très finement, ajouter 15cl de crème liquide. Délayer éventuellement avec un peu du bouillon restant si le velouté est trop épais.

– Vérifier l’assaisonnement et ajouter une pincée de noix de muscade. Réserver au chaud.

Pour l’espuma de chorizo :

– Pendant la cuisson des panais, tailler le chorizo en dés et émincer l’échalotte.

– Dans une petite casserole, faire revenir l’échalotte et le chorizo une ou deux minutes sur feu vif.

– Ajouter le lait de soja, les 15cl restant de crème et 1 c. à soupe de paprika. Couvrir et laisser infuser sur feu doux pendant dix minutes.

– Mixer la préparation puis filtrer. Laisser tiédir et verser le tout dans le siphon.

Montage 

À l’aide du siphon, faire l’espuma de chorizo dans un bol (trop risqué de le faire directement dans l’assiette !). Verser une ou deux louche(s) de velouté dans chaque assiette et placer une « quennelle » d’espuma au centre. Servir aussitôt.

Catégorie(s) : Recettes | Tags :  •  •  •  • 
3 commentaires

3 août 2010

Salade d’été : figues, feta, gnocchis…

La salade composée est le plat roi de l’été.
Les crudités rafraîchissent, c’est un plat complet, on peut y mettre un peu ce que l’on veut – et des restes notamment.
En général, tout marche. Faire une salade n’est pas très difficile. On met tout dans un saladier, une bonne sauce et on remue.

Mais là, j’avais envie d’autre chose. Envie d’une salade fruitée d’abord, tout en gardant deux éléments de base d’une salade pour moi : la verdure et la feta (oui, parce que j’adoooore la feta).

Et puis envie d’élaborer vraiment la sauce. Du « sur-mesure ». Faire LA sauce qui va avec cette salade, la penser comme telle, indissociable.

On ne peut pas dire qu’elle soit rapide à faire. Elle demande un peu de temps et d’organisation. Mais elle est à la hauteur de ce que j’en attendais et conviendra très bien pour une entrée « chic ».

salade_figue_feta_gnocchis1

Il faut d’abord commencer par la sauce. Il est important de la laisser reposer quelques heures afin que les arômes se mélangent. Il vaut donc mieux la faire la veille pour le lendemain midi, ou le midi pour le soir.

Ingrédients pour la sauce
:

– 1 petit oignon frais ou la moitié s’il est gros
– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
– 2 cuillères à café de vinaigre balsamique
– 1/2 cuillère à café (1/2 TSP) de moutarde forte
– 1/2 cuillère à café (1/2 TSP) de miel

– quelques feuilles de basilic
– sel, poivre

– Couper l’oignon très finement. Mélanger l’huile, le vinaigre, l’oignon, la moutarde, le miel, ajouter un peu de sel, de poivre et le basilic ciselé. Remuer et laisser reposer au frais.

Une heure avant de servir (ou pas, selon le temps dont on dispose), il faut faire la salade, gnocchis mis à part, et la laisser reposer.

Ingrédients pour la salade (2 personnes en plat principal, 4 en entrée) :
– 4 belles figues
– 2 grosses poignées de jeunes pousses d’épinard
– 100g de feta
– 4 tranches de jambon sec italien
– 150g de gnocchis

– Laver soigneusement les pousses d’épinard et les figues.
– Couper les figues en quartiers, la feta en dés et détailler le jambon en lanières fines.
– Mélanger le tout délicatement.
Laisser reposer au frais.

Au moment de servir : cuire les gnocchis (2 ou 3 minutes dans l’eau bouillante). Les faire revenir à la poêle avec un peu d’huile d’olive. Retirer dès qu’ils sont dorés.
Les mélanger encore tièdes à la préparation. Assaisonner et servir immédiatement.

Salade_figues_feta_gnocchis3

L’acidité légère de la feta contraste avec la douceur des figues – les gnocchis sont légèrement croquants sur le dessus et fondants à l’intérieur, c’est un délice – le jambon et les pousses d’épinard lient le tout.

Je n’ai pas utilisé de gnocchis à poêler. J’avais déjà essayé et j’avais trouvé qu’ils manquaient de moelleux. Je préfère contrôler la cuisson à l’eau et les faire revenir le temps que je veux à la poêle.
Si la salade est préparée en 1/2h vite fait avant le dîner, ça va aussi (je l’ai déjà fait) 🙂

Cette recette est celle que je propose dans le cadre du concours « Salades d’été » organisé par Ô délices. Si vous l’aimez, vous pouvez voter pour moi en cliquant sur l’image ci-dessous. Merci !

concours_salade_aout2010 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Catégorie(s) : Recettes | Tags :  •  •  •  •  •  • 
5 commentaires

25 juillet 2008

Petite tarte aux tomates cerises confites

Une fois n’est pas coutume, cet article est dédié à ma p’tite soeur… parce qu’il s’agit d’une tarte petit format (parfait pour une étudiante), qu’elle est rapide à faire et aussi bonne chaude que froide (ou tiède aussi pendant qu’on y est).
Je voulais changer de la traditionnelle tarte aux tomates et au chèvre ou à la mozza – délicieuse par ailleurs. J’ai donc fait une pâte à l’huile d’olive. C’est la première fois que je remplaçais le beurre de la sorte. C’est délicieux et c’est juste entre la pâte brisée traditionnelle et la pâte à pizza. Ensuite, j’ai fait confire les tomates, ce qui leur donne un goût et un fondant particuliers.

tarte_tomates_cerises_confites

Ingrédients pour une tartelette de 20cm de diamètre (pour une grande tarte, doublez les quantités) :

Pour les tomates confites
:
250g de tomates cerises
2 gousses d’ail
5 c. à soupe de sucre en poudre
2 branches de thym
3 feuilles de laurier
sel
poivre
huile d’olive

Pour la pâte :
150g de farine
30ml d’huile d’olive
1/3 de c. à café de levure
1/3 de c. à café de sel
eau froide

de la moutarde à l’ancienne

des herbes de provence, un citron (facultatifs)

Poser les tomates après les avoir rincées dans une grande poêle ou dans un wok. Ajouter les herbes et les gousses d’ail (dégermées et coupées en 4).
Saler, poivre. Ajouter le sucre.
Arroser généreusement d’huile d’olive.
Cuire 30 minutes à feu moyen et à couvert.

Pendant ce temps, préparer la pâte. Préchauffer le four à 180°.
Mélanger la farine, le sel et la levure. Ajouter l’huile d’olive, commencer à mélanger. Verser de l’eau froide de manière à obtenir une pâte souple, non collante.
Étaler la pâte, rabattre les bords (ou étaler la pâte dans un moule de 20cm de diamètre).
Précuire la pâte pendant 10 à 20 minutes : la pâte doit déjà commencer à dorer.

Étaler de la moutarde à l’ancienne sur le fond de la tarte (la quantité dépend des goûts de chacun…).
À l’aide d’une écumoire, placer les tomates cerises confites sur la tarte.
Enfourner 5 minutes.

Parsemer la tarte d’herbes de provence et d’un filet de jus de citron. Servir.

On la déguste avec une bonne salade verte, très légèrement assaisonnée. Comme elle est aussi bonne froide, cette tartelette peut se préparer à l’avance et faire office d’entrée, ou même d’apéritif en mini-tartelettes…

Cette recette me permet aussi d’inaugurer la première fiche recette. Je ne ferai pas ça sur toutes les recettes je pense, mais ça peut être pratique.
Pour la télécharger (format PDF), il suffit de cliquer sur la petite fleur :

puce


Rendez-vous sur Hellocoton !

Index des recettes

Catégorie(s) : Recettes | Tags :  •  •  • 
8 commentaires

Tous les textes et les photos présents sur ce blog m'appartiennent, sauf mention contraire. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.
Copyright © 2008-2016 Delphine Anquetil. All rights reserved. | Design & thème par Delphine Anquetil.